vendredi 21 mars 2008

Opération Iraqi Freedom - Offensive alliée en Irak - Armée irakienne de Saddam Hussein

Garde Spéciale Républicaine (GSR)
Special Republican Guard (SRG)
[Special Forces Brigade of the Presidential Palace]
http://www.globalsecurity.org/intell/world/iraq/srg.htm

La Garde Spéciale Républicaine était plus une unité paramilitaire qu'une véritable force de combat, responsable de la protection rapprochée de Saddam Hussein, de la sécurité du Palais présidentiel en particulier, et plus largement de celle de Bagdad. A l'occasion, elle pouvait également servir comme force militaire pour réprimer n'importe quel coup d'Etat ou rebellion.

La GSR était la seule unité militaire autorisée à circuler dans la capitale. Appelée également "Golden Division", la "Division d'Or", elle regroupait quatre brigades (dont une blindée), un commandement de la défense aérienne (AD-Com) et un commandement de deux régiments de chars T-72 (TK-Com) qui lui étaient propre.

Cette unité d'élite a été fondée début 1992 par Saddam Hussein. Bien que son nom entraîne parfois une certaine confusion avec les unités d'élite de la Garde Républicaine, c'était une force totalement distincte et autonome, avec des fonctions très différentes.

En 2002, les effectifs de la GSR étaient estimées à 12000 hommes et 14 bataillons. Chacune des brigades comprenant en général 2500 hommes.


Commandement des forces de la Guarde Républicaine (CFGR)
Republican Guard Force Command (RGFC)
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/rg.htm

La Garde Républicaine est une formation d'élite. Elle rassemble les meilleures unités de l'Armée de terre irakienne, ayant reçu un meilleur entrainement et disposant d'un matériel de meilleur qualité que le reste de l'armée régulière.

Cette organisation était spécialement destinée à la protection du régime baasiste de Saddam Hussein. Elle a été créé au début de la guerre Iran-Irak et s'est considérablement renforcée pendant les deux dernières années du conflit (1986-1988).

A la fin du conflit contre l'Iran, en 1988, le CFGR constituait 20% de l'Armée de terre irakienne, avec huit divisions. La Garde Républicaine était alors équipée de chars de combat T-72 et de véhicules blindés de transport de troupes BMP, d'origine soviétique, d'obusiers autopropulsés français GCT de 155mm, une version dérivée de l'AMX-30, et d'obusiers tractés autrichiens GHN-45 de 152mm.

Le 1er août 1990, les huits divisions du CFGR étaient constituées en deux corps d'armée.

Le 1er Corps CFGR, avec les Divisions blindées Hammurabi et Medina, la Division mécanisée Tawakalna et une division d'infanterie motorisée, était disposé le long de la frontière koweitienne et participa à l'invasion de l'émirat.

Stationné au nord du Koweit, ces unités CFGR furent décimées par l'aviation alliée en février et mars 1991, pendant l'opération Desert Storm.

Ordre de bataille de la Garde Républicaine fin 2002.

Corps CFGR Nord "Allah Akbar" [Al Rachid et Tikrit]
- 2ème Division blindée "Al Medina" [Al Rachid et Al Taji]
- 5ème Division mécanisée "Baghdad" [Jabal Maglub/Magloob]
- 7ème Division mécanisée "Adnan" [Mosul]

Corps CFGR Sud "Al Fateh Al Mubin" [Al Hafriah/Hafreia]
- 1ère Division blindée "Hammurabi" [Al Wihdah/Wahda, Al-Suwaira]
- 6ème Division mécanisée "Nebuchadnezzar" [Karbala, Al Khut]
- Division blindée "Al Nida" [Abi Saidah, Baaquba]


Armée de terre irakienne.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/army.htm

L'Armée de terre irakienne naquit officiellement le 21 juin 1921, lorsque fut formé le premier bataillon de volontaires. Elle était destinée à remplacer progressivement l'Armée britannique qui rentrait au pays.

A la fin de 1922, les forces irakiennes comptaient 4000 volontaires répartis dans trois bataillons, stationnés à Mosul, Bagdad et Hilla.

L'Armée continua progressivement à croître. A la fin de l'année 1929, elle comptait dans ses rangs 10446 hommes, dont 582 officiers.

En 1934, fut instaurée la conscription militaire.

Et en 1941, les effectifs des forces armées irakiennes s'élevaient à environ 41000 hommes.

Après la Seconde Guerre mondiale, la réduction des effectifs ramena ce chiffre à 20000, en comptant les unités de la Gendarmerie.

Une série de coups d'Etat, entre 1939 et 1968, eut pour conséquence la division et la réorganisation des forces armées irakiennes entre plusieurs factions politiques. Cependant, après la prise de pouvoir par le parti Baas en 1968, un contrôle unique de l'Armée fut reformé et renforcé.

L'Armée irakienne avait été à l'origine formée sur le modèle britannique. Mais l'influence grandissante de l'Union Soviétique, combinée à l'expérience acquise pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), modifia profondément ce modèle et les doctrines d'emploi.

Pendant la fin des années septantes et la première moitié de la décennie suivante, les forces armées irakiennes connurent plusieurs bouleversements majeurs, et ce à tous les niveaux. De profonds changements dans le nombre d'effectifs, les structures, l'approvisionnement, la hiérarchie, mais surtout dans le charactère politique.

Entre 1980 et 1990, Saddam Hussein fit passer les effectifs de l'Armée de terre de 180000 à environ un million d'hommes.

En 1987, en tenant compte des réservistes et des unités paramilitaires, l'Armée irakienne comptait 1.7 million d'hommes, sept corps d'armées, trente divisions d'infanterie, cinq divisions blindées et trois divisions mécanisées.

En août 1990, elle atteignit un maximum avec cinquante divisions, dont 34 d'infanterie et 7 blindées.

Elle était devenue, en terme d'effectifs, la quatrième puissance militaire du monde, après la Chine, l'Union Soviétique et les Etats-Unis.

Conséquence du conflit contre l'Iran, le régime baasiste irakien était devenu le plus important marché d'armes et d'équipements militaires du monde. En plus des fournitures massives d'armes en provenance d'Union Soviétique et de France, Saddam Hussein acheta à l'Allemagne Fédérale, l'Italie, la Chine, le Brésil, la Pologne, la Tchécoslovaquie et l'Egypte.

L'Agence américaine de désarmement et de contrôle des armes, "US Arms Control and Disarmement Agency" (ACDA), estimait en 1987 que l'Irak avait acheté pour un montant total de 24 milliards de dollars de matériels militaires, pour la seule période allant de 1981 à 1985.

Après sa désastreuse aventure au Koweit en 1991, l'armée irakienne réduisit drastiquement le nombre de divisions d'active.

Elle passera de 5 divisions blindées, 3 divisions mécanisées et 20 divisions d'infanterie, en avril 1991, à 3 divisions blindées, 3 divisions mécanisées et 11 divisions d'infanterie, à la fin de cette année.

Ordre de bataille de l'Armée de terre irakienne fin 2002.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/orbat-ground.htm
[11 divisions d'infanterie, 3 divisions mécanisées, 3 divisions blindées]

Front Nord [Kurdistan].

1er Corps irakien [Kirkuk]:
- 2ème Division d'infanterie [Al Rabee]
- 5ème Division mécanisée [Kirkuk/Shuwan]
- 8ème Division d'infanterie [Shuwan]
- 38ème Division d'infanterie [Tappahlo/Quader Karam]

2ème Corps irakien [Diyala/Mansouria Alijabal Camp]
- 3ème Division blindée [Saadiah/Jalawolaa]
- 15ème Division d'infanterie [Amirli]
- 34ème Division d'infanterie [Khanagin]

5ème Corps irakien [Mosul]
- 1ère Division mécanisée [Makhmoor-Gayarah]
- 4ème Division d'infanterie [Baa'sheeqa]
- 7ème Division d'infanterie [Al Adnani/Alton Kopri/Al Mansour]
- 16ème Division d'infanterie [Mosul/Saddam Dam]

Front Sud.

3ème Corps irakien [Qualah Salih]
- 6ème Division blindée [Nasha]
- 11ème Division d'infanterie [Qualah Salih Sud/Al Naserria]
- 51ème Division mécanisée [Al She'ebah-Basrah/Zubair]

4ème Corps irakien [Mamoon/Amara/Almayar]
- 10ème Division blindée [Al Teeb/Al Mara]
- 14ème Division d'infanterie [Salam/Al Mara Sud-Sud-Est]
- 18ème Division d'infanterie [Qala Salih/Al Mushara/Al Kahla]





Armée de l'Air irakienne.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/airforce.htm

L'Armée de l'Air irakienne (IQAF) fut fondée en 1927, lorsque les cinq premiers élèves-pilotes partirent effectuer leur formation en aéronautique au Cranol College, en Grande-Bretagne. Par la suite, 32 autres étudiants "mécaniciens" furent formés à l'entretien du parc d'avions.

Ces cinq pilotes formés revinrent en Irak et se posèrent sur l'aérodrome d'Al-Washash le 22 avril 1931.

L'aviation irakienne subit son baptême du feu en mai 1941, lorsqu'elle prit part aux opérations de l'Axe au Proche-Orient, contre les Britanniques.

Puis aux trois guerres israélo-arabes de 1948, juin 1967 et octobre 1973.

Pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), l'IQAF eut un rôle assez limité en s'attaquant à des cibles stratégiques, des villes comme Téhéran, l'aviation ou les bases aériennes ennemies. Elle eut plus de succès contre les navires, iraniens ou neutres, circulant dans le Golfe Persique, et en particulier, contre les supertankers chargés d'acheminer le pétrole brut iranien. Le 17 mai 1987, elle attaqua par erreur la frégate USS Stark et tua 37 marins américains.

Entre 1980 et 1990, grâce à l'aide massive de l'Union Soviétique, le nombre total de ses avions passa de 332 à 950.

En 1987, ses effectifs atteignaient 40000 hommes, 10000 d'entre-eux servant dans le Commandement de la Défense Aérienne (ADC).

Le QG de l'IQAF était installé à Bagdad, et les grandes bases aériennes étaient Basra, H-3, Kirkuk, Mosul, Rashid et Ash Shuaybah. Au total, 24 bases opérationnelles, 30 bases secondaires dites "de dispersion".

En 1990, à la veille de l'invasion du Koweit, l'IQAF comptait 500 avions de combat, 2 escadrilles de bombardiers, 11 escadrilles de chasse ou d'attaque au sol, et 5 escadrilles d'intercepteurs. Chacune de ces unités comprenant de 10 à 30 avions. Elle était équipée essentiellement de matériel soviétique, comme des MiG-23, MiG-25, MiG-29, Su-7, Su-17/20/22, Su-24, Su-25, Tu-16, Tu-22, mais également de chasseurs français Mirage F1, et des Chenyang J-6 et J-7, copies chinoises des MiG-19 et MiG-21.

Pendant l'opération Desert Storm ("Tempête du Désert"), une grande partie de l'IQAF fut anéantie par l'aviation alliée au sol ou dans les airs, et le reste échappa à la destruction en se réfugiant en Iran, où il resta consigné jusqu'à la fin du conflit.

Inventaire de la Force aérienne irakienne en 2002.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/air-force-equipment.htm

Bases aériennes et aérodromes irakiens en 2002.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/airfields.htm


Inventaire de la défense anti-aérienne irakienne en 2002.
http://www.globalsecurity.org/military/world/iraq/air-defence-equipment.htm

2 commentaires:

Frédéric a dit…

A signalez que les avions irakiens arrivé en Iran en 91 y sont toujours, et selon des photos paru dans quelques magazines dans un état déplorable.

Anonyme a dit…

diem erstwhile embrace theimportant weapon nightmare isaac theory grantmakers mcdole excellent
masimundus semikonecolori