dimanche 14 octobre 2007

Strategic Air Command - Formidable expansion du SAC


La mise en activité, en juin 1948, des deux premiers squadrons de ravitaillement en vol ne fut pas moins significative. Ils étaient équipés à l'origine de KB-29M, avions utilisant un système anglais de tuyaux et de grappins.

Une démonstration des capacités de cet équipement fut fournie au mois de décembre 1948, lorsqu'un B-50 du 43rd Bomb Group effectua un vol aller et retour sans escale entre le Texas et les îles Hawaii (15880km). Au cours de cette mission, qui dura quarante-et-une heures, trois ravitaillements en vol à l'aide de KB-29M avaient été réalisés.

Mais cette performances fut totalement éclipsée en mars 1949 par un autre record, plus extraordinaire encore: le B-50 "Lucky Lady II", après plusieurs ravitaillements en vol, accomplit le premier tour du monde sans escale.

L'efficacité sans égale du ravitaillement en vol apparut plus clairement encore, puisqu'elle avait rendu possible un parcours de 37740km. Le KB-29M fut bientôt remplacé par le KB-29P, qui tirait son originalité de l'emploi du "Flying Boom", un nouveau système, aujourd'hui généralisé, conçu par la firme Boeing et qui devait équiper par la suite tous ses avions ravitailleurs KC-97 et KC-135.

Appuyée sur des bases solides, l'expansion du Strategic Air Command se poursuivit en 1949-1950, période qui marqua la première participation du SAC à des missions de guerre au-dessus de la Corée du Nord, à partir de juillet 1950.

Employé uniquement pour des bombardements conventionnels, le B-29 fut le seul bombardier stratégique américain à intervenir au cours de ce conflit: plus de 150000 tonnes de bombes furent larguées au cours des trois années de guerre.

C'est pendant ces opérations que le général Douglas MacArthur sollicita l'autorisation de recourir à l'arme nucléaire, non seulement contre la Corée du Nord, mais également contre la Chine. Le prestigieux vainqueur des Japonais dans la guerre du Pacifique espérait ainsi endiguer le flot ininterrompu de fournitures qui parvenait aux forces communistes depuis la frontière chinoise.

Cette requête extrême fut rejetée par le président Harry S. Truman, qui devait par la suite, pour diverses autres raisons, limoger McArthur de son commandement des forces des Nations Unies en Corée.

Récemment, grâce à des archives déclassifiées, on apprit également que le successeur de Truman, Dwight D. Eisenhower, envisagea lui aussi l'utilisation de l'arme nucléaire contre la Chine, dans l'éventualité d'une rupture définitive des négociations de paix.

Bien que le nombre d'unités du SAC impliquées ait été limité, la guerre de Corée eut des conséquences importantes pour l'organisation, notamment sur le plan des équipements. Certes, le développement de nouveaux modèles de bombardiers à réaction avait été mis à l'ordre du jour dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Au moment où éclate le conflit coréen, le Boeing B-47 Stratojet était sur le point d'entrer en service et plus d'un millier d'exemplaires étaient en commande. Mais son rythme de construction resta assez timide, et les plans initiaux de modernisation envisageaient, semble-t-il, la constitution lente et mesurée, sur des bases solides, d'une puissante flotte de bombardiers à réaction.

La guerre de Corée bouleversa tous ces plans: le B-47 devint l'objet d'un programme de fabrication accéléré, et le SAC reçut, en l'espace de cinq ans, plus de 1500 Stratojet.

Au début de 1957, époque où le B-47 était le plus largement utilisé, trente-trois squadrons étaient en service sur ce type d'avion, vingt-huit destinés à des missions de bombardement conventionnels, et cinq à des missions de reconnaissance stratégique (RB-47).

Les livraisons avaient débuté à un rythme normal en octobre 1951, le 306th Bomb Wing de MacDill AFB (Floride) recevant à cette date ses premiers B-47B.

A la fin de 1952, le nombre de Stratojet en service étaient encore modeste. C'est à partir de 1953, lorsque d'autres constructeurs commencèrent à produire le B-47 en grande quantité, que la modernisation des unités opérationnelles s'accéléra fortement.

Dès la fin de 1953, le nombre de B-47 mis en oeuvre était de 428. En décembre de l'année suivante, il était de 1060.

A cette époque, le Stratojet était utilisé tant sur le territoire national qu'à l'étranger, avec des rotations d'entraînement de nonante jours, en recourant à partir de 1953 aux bases de l'USAF en Angleterre, en Espagne, au Maroc et aux îles Mariannes.

Parallèlement, plusieurs centaines de ravitailleurs Boeing KC-97 Stratotanker étaient livrés au Strategic Air Command.

La mise en service du B-47 ainsi que la présence dans le même temps de ravitailleurs valables, qui étaient disponibles en permanence, permirent également au SAC de développer une nouvelle conception de bombardiers lourds intercontinentaux.

La première expérience de ce type, qui eut lieu au cours de l'été 1954, fut l'oeuvre de deux Bomb Groups de B-47 appartenant à la 38th Air Division, stationnée sur Hunter AFB (Géorgie). Baptisé du nom de code Leap Frog ("Saute-moutons"), l'exercice consistait dans le lancement depuis Hunter AFB d'une mission de bombardement simulée, conduite simultanément par deux groupes et s'achevant par l'atterrissage de ceux-ci sur une des bases américaines du Maroc français, Siddi Slimane AFB.

Avant cet essai, les plans de guerre du SAC envisageaient le déploiement des avions sur des bases éloignées, d'où ils seraient en mesure de lancer des attaques. Mais un tel système présentait de graves inconvénients: en particulier, nul n'était certain que les bases considérées seraient défendables dans l'hypothèse d'un conflit nucléaire généralisé. Grâce aux ravitailleurs, cette conception put être révisée. L'effet de "disuasion nucléaire" s'en trouva renforcé, dans la mesure où le délai de riposte était sensiblement réduit.


Liste des bombardiers lourds du SAC (1950-1955):
- Boeing B-29 Superfortress (1946-1953)
- Boeing B-50 Superfortress (1948-1954)
- Convair B-36 Peacemaker (1948-1958)
- Boeing B-47 Stratojet (1951-1965)

Liste des chasseurs d'escorte du SAC (1950-1955):
- Republic F-84 Thunderjet (1948-1957)
- North American F-86 Sabre (1949-1953)

Liste des avions de reconnaissance du SAC (1950-1955):
- Boeing RB-17G (B-17G) Flying Fortress (1946-1951)
- Boeing F-9 [F=Photorecon] (B-17F/G) Flying Fortress (1946-1948)
- Boeing F-13 et RB-29A (B-29A) Superfortress (1946-1951)
- North American F-6 (P-51D) Mustang (1946-1949)

Liste des avions de support du SAC (1950-1955):
- Douglas B-26 (A-26) Invader (1949-1950)
- Douglas C-47 Skytrain (1946-1947)
- Douglas C-54 Skymaster (1946-1975)

Liste des avions ravitailleurs du SAC (1950-1955):
- Boeing KB-29M et KB-29P (1948-1953)
- Boeing KC-97 Stratotanker (1950-1956)


Boeing B-47E Stratojet (1951-1965), restauré, en 1986:



Deux Boeing KB-29M Refuelling (1948-1953):



Boeing KC-97L Stratotanker (1950-1956):

1 commentaire:

Frédéric a dit…

Les 1ers B-47 livré n'étaient pas "bon de guerre", mais cela permettait un sacré coup psycologique face a l'URSS qui ne disposait pas d'un appareil "ultra moderne" pour l'époque.